FORUM DES ORGANISATIONS DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU BURUNDI 

Les semences paysannes constituent une base durable non négligeable dans la lutte contre l’insécurité alimentaire dans les ménages, la résilience au changement climatique et la lutte contre certaines maladies des animaux et des plantes selon les usages. La connaissance de tous ces atouts des semences paysannes et la sensibilité profite à tout le monde toute catégorie sociale confondue. Leur protection et promotion réduisent significativement la dépendance accrue des producteurs agricoles et par conséquent l’indépendance semencière de différents Etats est promue. Les échanges d’expériences entre les producteurs agricoles et les acteurs intéressés de divers pays sur les pratiques et enjeux liées aux semences paysannes contribuent énormément une des stratégies de leur stabilité. C’est dans cette optique que le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement « CCFD-Terre Solidaire organise un voyage d’étude sur les semences paysannes à l’intention de ses partenaires des Grands Lacs dont le Forum des Organisations des Producteurs Agricoles « FOPABU-Voix des Paysans » (Burundi, RDC et Rwanda), du Sahel, de la Tunisie et de la Guinée dans la région du Sahel plus précisément au Mali du 29 novembre au décembre 2019. Cette activité rentre dans le cadre de la mise en œuvre du projet Transition vers une Agro-écologie Paysanne au service de la Souveraineté Alimentaire « TAPSA ».

Presque tous les enjeux semenciers ont été discutés au cours de ce voyage entre les acteurs de la région dont principalement les exploitants agricoles de la région de Kayes (cercles de Kayes et de Bafoulabé) sur les rives du fleuve Sénégal. Les initiatives locales paysannes sur les semences paysannes ont été visitées. Les savoirs paysans et savoir-faire ont été partagés à travers des débats entre les participants au voyage et les acteurs locaux. Le FOPABU à beaucoup appris comment les paysans arrivent à conserver les semences paysannes soit en commun soit individuellement avec leurs connaissances locales et/ou traditionnelles. La culture d’échange des semences entre les paysans de cette région renforce la cohésion sociale et la pérennité des semences. La bonne collaboration et compréhension mutuelle entre les organisations des producteurs de la région donnent leçon aux voyageurs en termes de plaidoyer pour que les lois et politiques tiennent compte des semences paysannes.

Le Fopabu Ijwi Ry'abarimyi vient de participer à la Foire Ouest Africaine des Semences Paysannes (FOASP) organisée à Tenkodogo, Ouagadougou du 26 au 28 novembre 2019 sous l'appui de son partenaire le Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement "CCFD-Terre Solidaire". Sous le thème: « Echangeons librement et sauvegardons nos semences paysannes, savoirs et savoir faire pour une souveraineté alimentaire en Afrique de l’Ouest", la foire était organisée par Comité Ouest Africain des semences paysannes (COASP).

A cette occasion, le Fopabu Ijwi Ry'abarimyi a activement participé aux débats visant la promotion des semences paysannes en vue de développer durablement nos pays respectifs pour éviter la dépendance des paysans qui augmente l'insécurité alimentaire et d'autres maux qui en résultent.

C'est un événement très important car les producteurs ont pu librement échanger les semences paysannes pour favoriser leur vulgarisation et appuyer ceux qui n'en n'ont pas suite aux différents aléas internes et externes dans différents pays africains au cours de l'histoire et qui risques de perdurer.

La semence constitue une identité, une culture d'une communauté donnée. Il faudra tout faire pour valoriser cette identité, donc, si " les paysans sont souverains en semences paysannes, nos pays seront aussi souverains".

Le FOPABU procède au recrutement du Secrétaire Exécutif. Les termes de réferences complet sont téléchargeables ici

Au nom du GPA, le FOPABU vient de participer à la 2ème rencontre africaine des comités nationaux sur l'agriculture familiale en Afrique. Elle s'est tenue à Abidjan en Côte d'Ivoire du 28 au 29 octobre 2019 et le GPA va bientôt amorcer des actions concrètes visant la mise en oeuvre de la décennie internationale sur l'agriculture familiale 2019-2028. Les détails sont ici https://ruralforum.acblnk.com/…/3TC4HV2ZyeK4qopcyPvEy1HsIgB/

Les producteurs agricoles sont des travailleurs comme tant d’autres personnes engagés dans les différents services tant publics que privés. Ils doivent jouir des droits que les autres bénéficient au cours de leurs parcours professionnels. Toutefois, il reste à savoir si ces derniers sachent que ces droits existent et qu’ils sont garantis par divers outils internationaux notamment la récente « Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillants dans les zones rurales » dans sa résolution 73/165 adoptée par l’Assemblée Générale le 17 décembre 2018.

C’est dans cette optique que le FOPABU dans le cadre du partenariat avec le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement-Terre Solidaire « CCFD » a activement participé à la formation sur les droits économiques, sociaux et cultures tenue à Paris en dates du 21 au 24 octobre 2019. Cette formation va lui permettre de renforcer les initiatives des producteurs au Burundi par les actions pratiques sans se soucier de leur lendemain qui est déjà garanti par certains outils internationaux et nationaux en termes des besoins socio-économique et culturels à l’image des autres travailleurs. Ces outils garantissent en l’occurrence les paysans le droit à la terre, aux semences, à l’eau, sécurité sociale, assainissements, éducation, santé, niveau de vie suffisant, etc.

Les paysans doivent être fier de leur métier si noble vue sa part indéniable dans le développement économiques des pays et dorénavant doivent se rassurer des dispositions existantes pour leurs intérêts et qu’il faut finalement les exploiter durablement et dignement.

En date du 16 octobre 2019, le FOPABU a bien participé à la célébration de la Journée Mondiale de l’Alimentation « JMA » 2019 au Burundi sous le thème « Agir pour l’avenir : une alimentation saine pour un monde faim zéro ». La commune de Kigamba en Province de Cankuzo, à l’Est du pays a été honorée pour abriter l’événement. D’après le représentant de la FAO au Burundi, « Il a été constaté que ces dernières décennies, notre alimentation et nos habitudes alimentaires ont radicalement changé, notamment du fait de la mondialisation, de l’urbanisation et de la hausse des revenus ».

"Une alimentation saine constituée d'aliments sûrs, nutritifs, variés et en quantité suffisante pour mener une vie active et réduire le risque de maladies est plus recommandée à la population afin de réduire la mortalité. Elle comprend des fruits, des légumes, des légumineuses (ex. lentilles, haricots), des noix, des graines et des céréales complètes (ex. maïs non OGM, mil, avoine, blé, riz complet), et des aliments à faible teneur en graisses (en particulier en graisses saturées), en sucre et en sel.Tous ces changements sont liés à l'escalade de l’obésité et d'autres formes de malnutrition, qui touchent près d'une personne sur trois actuellement, et une personne sur deux en 2025, d'après les projections".

"Les Gouvernements doivent accroître la disponibilité et l'accessibilité d'aliments variés et nutritifs pour une alimentation saine en fixant, en appliquant et en actualisant régulièrement les lignes directrices alimentaires et les normes nutritionnelles nationales, et en créant des plateformes transversales pour informer les politiques alimentaires et agricoles et orienter des interventions comme les programmes d'alimentation scolaire, l'aide alimentaire, les achats publics de nourriture et les réglementations sur la commercialisation, l'étiquetage et la publicité alimentaires. Pour faire changer les comportements, les efforts doivent être soutenus par les médias, par des campagnes de sensibilisation et des programmes d'éducation nutritionnelle, par des interventions auprès". La FAO en détaille ichttp://madrp.gov.dz/wp-content/uploads/2019/07/module1_french.pdf.

Au cours de la célébration de cette journée au Burundi, la coopérative DUSHIGIKIRANE TWIMBURE NEZA de Kigamba accompagnée par le FOPABU a été sélectionnée pour être primée selon leurs bonnes initiatives qu’elle démontre dans ses meilleures pratiques agricoles, la gestion post-récolte et le FOPABU s’en réjouit.

(...)

09/07/2019

« Grâce à cette foire agricole, j’ai noué des liens avec une productrice de prune de japons, issue de la province de Kayanza. Avec son appui, je vais me lancer dans cette culture ». C’est en ces termes que Mme Mariane Nibayisenge, originaire de la commune Mwakiro et appuyée par le projet PRO-ACT 1 de la FAO a réagi à l’issue de la foire agricole et forum paysan organisée du 3 au 5 juillet 2019, au stade Kugasaka situé au chef-lieu de la province de Ngozi. Cette foire agricole à laquelle le Bureau de la FAO au Burundi s’est joint, a été organisée par le Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage (MINEAGRI), en collaboration avec le Forum des Organisations de Producteurs Agricoles du Burundi (FOPABU-Ijwi ry’abarimyi) ainsi que les organisations membres du Groupe de Plaidoyer Agricole (GPA). Pour plus de détails, cliquer ici http://www.fao.org/burundi/actualites/detail-events/fr/c/1202324/

Au début de chaque saison, une prévision saisonnière est communiquée aux utilisateurs. C'est dans ce que l'Institut Géographique du Burundi "IGEBU"/MINEAGRIE a organisé ce vendredi 6 septembre un atelier national pour porter à la connaissance du public la note d'information sur la prévision saisonnière octobre-novembre-décembre 2019 "Agatasi" ou saison 2020A.

Le Début effectif de la saison pluvieuse commence avec le début de la première décade du mois d'octobre 2019 sur la majeure partie du pays. Un léger retard serait observé dans la plaine de l'Imbo, dans les dépressions de l'Est et une partie de l'Est de Buyenzi où le début effectif de la saison est prévu à la deuxième décade du mois d'octobre 2019.

 

b788a533 401d 4ceb a052 d218681d2296 1

La carte de prévision montre que la fin de la saison AGATASI est prévue au deuxième de cade du mois de décembre dans les régions de Mugamba, Buragane; une partie de Kirimiro et Buyenzi. Une saison sera prolongée dans les régions de Mosso, Bugesera et Bweru.

 

Le FOPABU a pris part aux assises de cet atelier, pour plus de détails, cliquer ici.

 

Au Burundi Broederlijk Delen implémente un programme quinquennal 2017-2021 cofinancé par la DGD avec 10 organisations partenaires. Broederlijk Delen a un représentant à Bujumbura et un coopérant pour le renforcement des capacités en suivi et évaluation du programme. 

En 2019 on démarre un projet 2019-2022, financé par l’Union Européenne, pour "Soutenir l’adoption et la mise en œuvre de pratiques agricoles durables restaurant et améliorant la fertilité des sols." Le projet travaillera avec 70.000 exploitations familiales, dans 5 provinces dans le Centre et le Nord du pays. Les résultats formulés sont les suivants:

  • R1. Les capacités d'accompagnement des animateurs relatives à la fertilité des sols et à la gestion des exploitations et le management des organisations locales sont renforcées;
  • R2. Les exploitant(e)s disposent de solutions agronomiques pour l’amélioration de la fertilité de leurs sols et la rentabilité de leur système productif;
  • R3. Les exploitant(e)s sont en mesure de réaliser les investissements nécessaires à l’amélioration de la fertilité des sols et de la productivité du travail;
  • R4. Les pratiques identifiées de restauration et de conservation de la fertilité des sols ont été mises en œuvre individuellement et collectivement;
  • R5. Les échanges entre les intervenants dans les zones d’intervention du projet sur les pratiques liées à la fertilité des sols ont permis d’améliorer les prestations des services de conseil et d’encadrement privés et publiques en matière de fertilité des sols.

Broederlijk Delen recrute un coopérant conseiller à la coordination du projet "Fertilité des sols" d’ADISCO.

Objectif de la fonction 

Appui-conseil de l’organisation local ADISCO dans la gestion du volet du projet Fertilité des sols, dont l’ADISCO est responsable. Le coopérant assurera à travers des appuis-conseil qu’ADISCO dispose des capacités, procédures et outils pour bien gérer le projet et que le projet soit exécuté en concertation avec les autres membres du consortium. 

Le coopérant est donc conseiller du gestionnaire de projet au niveau d’ADISCO. Il rend compte au représentant local de Broederlijk Delen au Burundi.

Ce projet est géré par un consortium. L’ong belge Collectif Stratégies Alimentaires (CSA) est le demandeur chef de file; Broederlijke Delen est co-demandeur ainsi que deux organisations burundaises: CAPAD et ADISCO. Broederlijk Delen assure l’accompagnement et le suivi du volet qu’exécutera ADISCO.

ADISCO accompagnera 30.000 ménages dans les provinces de Ngozi et de Kayanza, via un dispositif de 24 animateurs, qui accompagneront à leur niveau 18 animateurs endogènes.

Description de la fonction

  • Appui à la conception de procédures de gestion du projet
  • Appui au démarrage du projet (achats, recrutement, installation …)
  • Appui à la gestion opérationnelle du projet 
    • planification opérationnel (élaboration d’outils, procédures), suivi des activités, rapportage
    • budgétisation et rapportage financier
  • Suivi et évaluation des résultats; faciliter l’apprentissage et des modifications ou réorientations éventuelles
  • Faciliter la communication entre ADISCO, Broederlijk Delen et les autres membres du consortium
  • Assurer le relais entre ADISCO et Broederlijk Delen
  • Participer aux réunions du consortium pour la gestion du projet

Critères de recrutement

  • Expérience d’au moins 5 ans dans la gestion de projets cofinancés par l’Union Européen;
  • Formation supérieure en gestion de projets;
  • Affinité avec le développement rural;
  • Expérience dans la région des Grands Lacs est un atout;
  • Bonne connaissance du Français (parlé/écrit). La connaissance du néerlandais et/ou du Kirundi est un atout;
  • Disponibilité à travailler dans un contexte politique complexe, tendu et instable.

Profil

  • Dynamique et motivé(e), qui peut fonctionner au sein d’une équipe et partager des connaissances et aptitudes;
  • Flexible, capable de prendre des décisions et initiatives et de travailler d’une façon autonome;
  • Peut faire de bonnes synthèses et analyses;
  • Sensible aux aspects immatériels du développement comme la culture, l’identité, les relations sociales;
  • Neutre en toutes circonstances vis à vis des tendances politiques;
  • Se reconnait dans la vision de Broederlijk Delen.

Notre offre

  • Un contrat de travail de deux ans à temps plein avec Broederlijk Delen, avec possibilité de prolongation, d’encore deux ans;
  • Un salaire attractif et des bénéfices additionnels;
  • Une préparation spécifique avant le départ, un encadrement et suivi au Burundi par le représentant local de Broederlijk Delen (qui habite et travaille déjà dans le pays);
  • Un travail stimulant dans une équipe internationale motivée et un programme cohérent. 

Procédure

Vous pouvez demander plus d’informations sur le programme et la fonction au responsable du programme Burundi à Bruxelles, Toon Vrelust (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., (+32) 2 213 04 07)

Pour postuler, veuillez envoyer votre lettre de motivation et votre CV au plus tard le 12 août 2019à Lilia Mesquita (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Les candidats sélectionnés seront invités à faire un test pratique dans la semaine du 10 juin 2019 et éventuellement à un entretien à Bruxelles quelques jours après. On demandera au candidat final de participer à des tests psychosociaux.

Le début du contrat et départ vers le Burundi: le plus vite possible. 

Broederlijk Delen

Ensemble avec quelques 130 organisations partenaires dans les pays de Sud et des milliers de bénévoles en Flandre, Broederlijk Delen veut stimuler le développement durable. Nous appuyons les initiatives des groupes de personnes organisées sur place, qui se retrouvent et se complètent dans une approche programme dans les régions où nous sommes actifs. Des coopérants-expatriés accompagnent ces programmes dans une perspective de renforcer les capacités des organisations partenaires et les programmes régionaux sur le terrain. 

Source: https://www.broederlijkdelen.be/nl/cooperant-specialiste-burundi

Photo 21

Du 03 au 05 juillet 2019 tenu du Forum Paysan et la Foire Agricole, édition 2019 au Stade Agasaka de la Province Ngozi au Burundi sous le thème: PRODUIRE ET NOURRIR DEMAIN, assurer une sécurité alimentaire soucieuse de l’environnement et du changement climatique. Après les cérémonies d'ouverture sous le Haut patronage du Ministère de l'Environnement, de l'Agriculture et de l'Elevage "MINEAGRIE", les invités de marque ont visité les stands d'exposition vente des produits agricoles et d'élevage en provenance de tout le pays plus spécifiquement ceux du Nord du Pays (Ngozi, Kirundo, Muyinga et Kayanza).

Le Fopabu Ijwi Ry'abarimyi se réjouit des résultats de cet événement organisé chaque année depuis 2009 en collaboration avec le MINEAGRIE, les organisations membres du Groupe de Plaidoyer Agricole "GPA" ainsi que les partenaires de développement agricole au Burundi. Plus de 250 participants composés par les institutions étatiques et de recherche, les corps diplomatiques, les agences des Nations Unies comme FIDA et FAO, les organisations internationales et nationales, les organisations de producteurs et coopératives agricoles, les organisations d'appui aux producteurs, administrations à tous les niveaux, etc. ont répondu présent à cet événement.

Les questions priorisées intéressants le secteur agricole au profit des bénéficiaires/producteurs sont présentées et débattues pour trouver et/ou proposer des solutions possibles. Il s'agit notamment (1) des pratiques agro-écologiques (Irrigation, toilettes écologiques, agroforesterie, reboisement, foyer amélioré, engrais vert, paillage, prévision saisonnière,)
(2) l’Agriculture familiale pilier du développement durable (approche ménage, Plan Paysan Intégré "PIP", Champ Ecole Paysan "CEP", Conseil à l'Exploitation Familiale "CEF" , 
(3) le consommer local et principes coopératives agricoles (approche coopératives, structuration, valeur ajoutée du consommer, défis, crédits agricoles, etc.)
(4) Valorisation des produits agricoles (transformation, conservation et commercialisation,)

Désormais, les membres du Groupe de Plaidoyer Agricole « GPA » au Burundi se sont réunis en retraite du 11 au 13 juin 2019 pour analyser et valider le plan stratégique triennal 2019-2021. Les 8 thèmes prioritaires suivants sont définis et détaillés (1) Agriculture Familiale (2) Agro-écologie (3) Consommer local (4) Sécurisation foncière (5) Semences (6) Coopératives collinaires et ANACOOP (7) Financement direct des producteurs (8) Orientation du processus de privatisation de la filière café.


Appuyé par la cellule de coordination composée par 5 organisations pour un mandat précis, le FOPABU assurera toujours la coordination du GPA en étroite collaboration avec les organisations chefs de file pour chaque thématique. Les plans de plaidoyer spécifique pour chaque thème sont formulés tenant compte de l’objectif, problématique, groupes cibles, résultats attendus, etc.


Toutes les interventions portant la mise en œuvre de la stratégie seront réalisées dans la ligne droite de promouvoir l’agriculture familiale au Burundi. Ce type d’agriculture a prouvé des avantages dans l’augmentation de la production et de l’emploi, le maintien de la fertilité des terres arables, l’adaptation au changement climatique, renforcement des pratiques agro-écologique et l’augmentation des revenus des ménages afin de garantir la sécurité alimentaire des populations.

Les 27, 28 et 29 mai dernier, 448 représentants de 113 pays ont activement participé au lancement officiel de la Décennie des Nations Unies pour l'Agriculture Familiale (UNDFF), à Rome, événement organisé par la FAO et le FIDA et le FOPABU n'a pas maqué à ce rendez vous sous la représentation du Secrétaire Exécutif.

Outre le lancement officiel, qui inaugure 365 jours en faveur de l'Agriculture Familiale, le Plan d'Action Mondial de la UNDFF a été officiellement lancé au cours de l'événement. Ce Plan constitue un cadre intéressant afin de mobiliser des mesures concrètes et coordonnées visant à orienter le développement de la UNDFF durant les 10 prochaines années, cliquer ici pour la suite https://bit.ly/2IDZnbH.WhatsApp Image 2019 05 22 at 2.46.17 AM

Sous l'appui du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement "CCFD-Terre Solidaire", les points focaux provinciaux du FOPABU dans les provinces de Kirundo, Kayanza, Cibitoke et Bubanza sont à l'oeuvre en tant que personnes de relais dans le plaidoyer agricole et activités réalisées au niveau local.

Pour faciliter leur mission de représentativité, d'aller sur terrain et rencontrer les producteurs agricoles, les acteurs impliqués, les moyens de locomotion ont été attribués à ces derniers. Ils ont manifesté un sentiment de satisfaction et espèrent être plus efficace dans leur travail quotidien grâce à cet accompagnement.                              22

Page 1 sur 5

Populaires

  • Voyage d'études sur les semences paysannes au Mali Les semences paysannes constituent une base durable non négligeable dans la lutte contre l’insécurité alimentaire dans les ménages, la résilience…
  • FOPABU à la foire semencière ouest africaine 2 Le Fopabu Ijwi Ry'abarimyi vient de participer à la Foire Ouest Africaine des Semences Paysannes (FOASP) organisée à Tenkodogo, Ouagadougou du 26…
  • Le FOPABU procède au recrutement du Secrétaire Exécutif. Les termes de réferences complet sont téléchargeables ici
  • Rencontre africaine sur l'agriculture familiale Au nom du GPA, le FOPABU vient de participer à la 2ème rencontre africaine des comités nationaux sur l'agriculture familiale…
  • Formation sur les DESC Les producteurs agricoles sont des travailleurs comme tant d’autres personnes engagés dans les différents services tant publics que privés. Ils…