FORUM DES ORGANISATIONS DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU BURUNDI 

Tenue des réunions des Groupes Sectoriels Agriculture et Développement Rural (GSADR) provinciaux aux chefs-lieux de 9 provinces d’intervention conjointe du Forum des Organisations des Producteurs Agricoles du Burundi «  FOPABU-Ijwi ry’abarimyi » et du CAFOB « Collectif des Associations et ONG Féminines du Burundi » à savoir : Bururi, Mwaro, Gitega, Cankuzo, Ruyigi, Muramvya, Rumonge, Makamba et Rutana en dates du 19 au 26 Février 2020 sous l’appui financier de l’Oxfam.

Photo participant GSADR MURAMVYA

L’objectif de ces réunion était  de contribuer au renforcement des cadres d’échanges provinciaux afin d’échanger sur les atouts et défis du secteur environnemental et agricole dans leurs provinces respectives à fin de leur inciter à fournir aux utilisateurs des données statistiques fiables pour faciliter le processus décisionnel des acteurs de la sécurité alimentaire, du développement durable et produire régulièrement des données nationales officielles pour parier aux manques de certaines informations environnementales et agricoles.

Points de débats (1) Indicateurs de production dans les différents maillons du secteur agri-élevage au niveau des provinces en vue d’évaluer l’évolution du rendement agri-élevage de l’année 2019 par rapport à l’année 2018 et d’intégrer ces données statistiques dans l’annuaire des statistiques au niveau du Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage « MINEAGRIE » (2) Chenille légionnaire du maïs Spodoptera frugiperda, son origine, ses caractéristiques, son évolution et la façon dont on peut l’éliminer.

Ces réunions ont permis en outre de faire une cartographie des intervenants du secteur agricole dans les provinces d’action, étant données que les différentes parties prenantes étaient présentes notamment l’Administration provinciales et communales, Bureau Provinciale de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage « BPEAE », ONG, Organisation de producteurs agricoles et bien d’autres.Phot ouverture GSADR BURURI

La mise à l’échelle de ces cadres d’échanges jusqu’au niveau communal est l’une des solutions proposées trimestriellement et régulièrement à la fin de chaque saison agricole pour évaluer l’état des lieux de tous les facteurs de production mais aussi alimenter les comptes nationaux trimestriels. Cependant, les autres intervenants ont été appelés pour contribuer à la prise en charge de ces réunions faute de quoi, l’administration locale pourra les organiser selon les moyens existants.

Plusieurs recommandations permettant d’améliorer la base des données, les propositions d’organiser des GSADR au niveau des communes afin de trouver des données fiables comme sources d’information ont été émises.

(…)

" En vue d’élaborer un SAP (Système d'Alerte Précoce), quatre éléments principaux doivent être réunis :

1. Connaissance du risque: collecte systématique des données et évaluation des Risques
2. Surveillance et service d’alerte : Développement de la surveillance des risques et des services d’alerte précoce
3. Diffusion et communication: Communication des informations relatives aux risques et alertes précoces
4. Capacité de réponse: Création de capacités de réponses nationales et Communautaires" http://www.climat.bi/index.php/informations-alerte-precoce?fbclid=IwAR3hnz9srM7MzmqJCDI5YtAumIGDuhvFZZUzlkHqKMiTnfTmEHDu0eSry90

"Nous nous battons pour un monde plus juste où vivre dans la dignité et avoir des perspectives d'avenir n’est pas un privilège pour certain-e-s, mais bel et bien un droit pour tou-te-s. Un monde dans lequel les citoyen-ne-s ont le droit de parole et peuvent faire valoir leurs droits fondamentaux", Oxfam International https://www.oxfam.org/fr/decouvrir/qui-sommes-nous/comment-nous-luttons-contre-la-pauvrete 

Le Fopabu Ijwi Ry'abarimyi contribue actuellement aux mécanismes d’adaptation au changement climatique dans le secteur agricole en diffusant les prévisions saisonnières auprès des producteurs et acteurs impliqués de 5 provinces (Cibitoke, Bubanza, Bujumbura, Rumonge et Ngozi).

"Selon les prévisions météorologiques saisonnières, le début effectif de la saison B communément appelée IMPESHI a commencé avec le mois de Janvier 2020 dans la majeure partie du pays sauf la partie de Bugesera et une partie de Migwa où le début effectif a commencé avec la premier décade du mois de février 2020".

"La période de mars à mai communément appelée IMPESHI constitue une saison des pluies importantes dans toutes les régions naturelles du pays. Il est prévu une probabilité accrue de pluviométrie supérieure à la normale dans les régions de Moso , Butusi, Imbo , Kirimiro ,Mugamba ; une partie de Bugesera et une probabilité accrue de pluviométrie proche à la normales a tendance excédentaire est prévu sur le reste du pays."

"Le criquet pèlerin (Schistocerca gregaria) est le ravageur migrateur le plus destructeur au monde. En réponse à des stimuli environnementaux, des essaims denses et très mobiles de criquets pèlerins peuvent se former. Ce sont des mangeurs voraces qui consomment leur propre poids par jour, ciblant les cultures vivrières et le fourrage. Un seul kilomètre carré d'essaim peut contenir jusqu'à 80 millions d'adultes qui consomment en une journée la même quantité de nourriture que 35 000 personnes. Les grands essaims constituent une menace majeure pour la sécurité alimentaire et les moyens d'existence des populations rurales. La FAO possède une expertise de longue date dans le suivi des populations de criquets pèlerins et dans l'aide aux pays pour faire face à ce ravageur qui dévaste les cultures" http://www.fao.org/locusts/fr/

Les interventions du FOPABU et de ses organisations membres couvrent tout le territoire national du Burundi sous l'appui et la collaboration de ses partenaires techniques et financiers. Pour faciliter ses membres, ses partenaires et autre personne intéressée, le FOPABU vient de publier une carte de localisation de ses membres et de ses projets à l'échelle nationale, pour télécharger, clique ici

Par Richard HAVYARIMANA

Les semences paysannes constituent une base durable non négligeable dans la lutte contre l’insécurité alimentaire dans les ménages, la résilience au changement climatique et la lutte contre certaines maladies des animaux et des plantes selon les usages. La connaissance de tous ces atouts des semences paysannes et la sensibilité profite à tout le monde toute catégorie sociale confondue. Leur protection et promotion réduisent significativement la dépendance accrue des producteurs agricoles et par conséquent l’indépendance semencière de différents Etats est promue. Les échanges d’expériences entre les producteurs agricoles et les acteurs intéressés de divers pays sur les pratiques et enjeux liées aux semences paysannes contribuent énormément une des stratégies de leur stabilité. C’est dans cette optique que le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement « CCFD-Terre Solidaire organise un voyage d’étude sur les semences paysannes à l’intention de ses partenaires des Grands Lacs dont le Forum des Organisations des Producteurs Agricoles « FOPABU-Voix des Paysans » (Burundi, RDC et Rwanda), du Sahel, de la Tunisie et de la Guinée dans la région du Sahel plus précisément au Mali du 29 novembre au décembre 2019. Cette activité rentre dans le cadre de la mise en œuvre du projet Transition vers une Agro-écologie Paysanne au service de la Souveraineté Alimentaire « TAPSA ».

Presque tous les enjeux semenciers ont été discutés au cours de ce voyage entre les acteurs de la région dont principalement les exploitants agricoles de la région de Kayes (cercles de Kayes et de Bafoulabé) sur les rives du fleuve Sénégal. Les initiatives locales paysannes sur les semences paysannes ont été visitées. Les savoirs paysans et savoir-faire ont été partagés à travers des débats entre les participants au voyage et les acteurs locaux. Le FOPABU à beaucoup appris comment les paysans arrivent à conserver les semences paysannes soit en commun soit individuellement avec leurs connaissances locales et/ou traditionnelles. La culture d’échange des semences entre les paysans de cette région renforce la cohésion sociale et la pérennité des semences. La bonne collaboration et compréhension mutuelle entre les organisations des producteurs de la région donnent leçon aux voyageurs en termes de plaidoyer pour que les lois et politiques tiennent compte des semences paysannes.

Par Richard HAVYARIMANA

Le Fopabu Ijwi Ry'abarimyi vient de participer à la Foire Ouest Africaine des Semences Paysannes (FOASP) organisée à Tenkodogo, Ouagadougou du 26 au 28 novembre 2019 sous l'appui de son partenaire le Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement "CCFD-Terre Solidaire". Sous le thème: « Echangeons librement et sauvegardons nos semences paysannes, savoirs et savoir faire pour une souveraineté alimentaire en Afrique de l’Ouest", la foire était organisée par Comité Ouest Africain des semences paysannes (COASP).

A cette occasion, le Fopabu Ijwi Ry'abarimyi a activement participé aux débats visant la promotion des semences paysannes en vue de développer durablement nos pays respectifs pour éviter la dépendance des paysans qui augmente l'insécurité alimentaire et d'autres maux qui en résultent.

C'est un événement très important car les producteurs ont pu librement échanger les semences paysannes pour favoriser leur vulgarisation et appuyer ceux qui n'en n'ont pas suite aux différents aléas internes et externes dans différents pays africains au cours de l'histoire et qui risques de perdurer.

La semence constitue une identité, une culture d'une communauté donnée. Il faudra tout faire pour valoriser cette identité, donc, si " les paysans sont souverains en semences paysannes, nos pays seront aussi souverains".

 

Par Richard HAVYARIMANA

Le FOPABU procède au recrutement du Secrétaire Exécutif. Les termes de réferences complet sont téléchargeables ici

Au nom du GPA, le FOPABU vient de participer à la 2ème rencontre africaine des comités nationaux sur l'agriculture familiale en Afrique. Elle s'est tenue à Abidjan en Côte d'Ivoire du 28 au 29 octobre 2019 et le GPA va bientôt amorcer des actions concrètes visant la mise en oeuvre de la décennie internationale sur l'agriculture familiale 2019-2028. Les détails sont ici https://ruralforum.acblnk.com/…/3TC4HV2ZyeK4qopcyPvEy1HsIgB/

 

Par Richard HAVYARIMANA

En date du 16 octobre 2019, le FOPABU a bien participé à la célébration de la Journée Mondiale de l’Alimentation « JMA » 2019 au Burundi sous le thème « Agir pour l’avenir : une alimentation saine pour un monde faim zéro ». La commune de Kigamba en Province de Cankuzo, à l’Est du pays a été honorée pour abriter l’événement. D’après le représentant de la FAO au Burundi, « Il a été constaté que ces dernières décennies, notre alimentation et nos habitudes alimentaires ont radicalement changé, notamment du fait de la mondialisation, de l’urbanisation et de la hausse des revenus ».

"Une alimentation saine constituée d'aliments sûrs, nutritifs, variés et en quantité suffisante pour mener une vie active et réduire le risque de maladies est plus recommandée à la population afin de réduire la mortalité. Elle comprend des fruits, des légumes, des légumineuses (ex. lentilles, haricots), des noix, des graines et des céréales complètes (ex. maïs non OGM, mil, avoine, blé, riz complet), et des aliments à faible teneur en graisses (en particulier en graisses saturées), en sucre et en sel.Tous ces changements sont liés à l'escalade de l’obésité et d'autres formes de malnutrition, qui touchent près d'une personne sur trois actuellement, et une personne sur deux en 2025, d'après les projections".

"Les Gouvernements doivent accroître la disponibilité et l'accessibilité d'aliments variés et nutritifs pour une alimentation saine en fixant, en appliquant et en actualisant régulièrement les lignes directrices alimentaires et les normes nutritionnelles nationales, et en créant des plateformes transversales pour informer les politiques alimentaires et agricoles et orienter des interventions comme les programmes d'alimentation scolaire, l'aide alimentaire, les achats publics de nourriture et les réglementations sur la commercialisation, l'étiquetage et la publicité alimentaires. Pour faire changer les comportements, les efforts doivent être soutenus par les médias, par des campagnes de sensibilisation et des programmes d'éducation nutritionnelle, par des interventions auprès". La FAO en détaille ichttp://madrp.gov.dz/wp-content/uploads/2019/07/module1_french.pdf.

Au cours de la célébration de cette journée au Burundi, la coopérative DUSHIGIKIRANE TWIMBURE NEZA de Kigamba accompagnée par le FOPABU a été sélectionnée pour être primée selon leurs bonnes initiatives qu’elle démontre dans ses meilleures pratiques agricoles, la gestion post-récolte et le FOPABU s’en réjouit.

(...)

 

Par Richard HAVYARIMANA

« Grâce à cette foire agricole, j’ai noué des liens avec une productrice de prune de japons, issue de la province de Kayanza. Avec son appui, je vais me lancer dans cette culture ». C’est en ces termes que Mme Mariane Nibayisenge, originaire de la commune Mwakiro et appuyée par le projet PRO-ACT 1 de la FAO a réagi à l’issue de la foire agricole et forum paysan organisée du 3 au 5 juillet 2019, au stade Kugasaka situé au chef-lieu de la province de Ngozi. Cette foire agricole à laquelle le Bureau de la FAO au Burundi s’est joint, a été organisée par le Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage (MINEAGRI), en collaboration avec le Forum des Organisations de Producteurs Agricoles du Burundi (FOPABU-Ijwi ry’abarimyi) ainsi que les organisations membres du Groupe de Plaidoyer Agricole (GPA). Pour plus de détails, cliquer ici http://www.fao.org/burundi/actualites/detail-events/fr/c/1202324/

 

 

 

 

 

 

Par Richard HAVYARIMANA

Au début de chaque saison, une prévision saisonnière est communiquée aux utilisateurs. C'est dans ce que l'Institut Géographique du Burundi "IGEBU"/MINEAGRIE a organisé ce vendredi 6 septembre un atelier national pour porter à la connaissance du public la note d'information sur la prévision saisonnière octobre-novembre-décembre 2019 "Agatasi" ou saison 2020A.

Le Début effectif de la saison pluvieuse commence avec le début de la première décade du mois d'octobre 2019 sur la majeure partie du pays. Un léger retard serait observé dans la plaine de l'Imbo, dans les dépressions de l'Est et une partie de l'Est de Buyenzi où le début effectif de la saison est prévu à la deuxième décade du mois d'octobre 2019.

 

b788a533 401d 4ceb a052 d218681d2296 1

La carte de prévision montre que la fin de la saison AGATASI est prévue au deuxième de cade du mois de décembre dans les régions de Mugamba, Buragane; une partie de Kirimiro et Buyenzi. Une saison sera prolongée dans les régions de Mosso, Bugesera et Bweru.

 

Le FOPABU a pris part aux assises de cet atelier, pour plus de détails, cliquer ici.

 

Page 1 sur 5

Populaires

  • Importance des données statistiques agricoles Tenue des réunions des Groupes Sectoriels Agriculture et Développement Rural (GSADR) provinciaux aux chefs-lieux de 9 provinces d’intervention conjointe du…
  • Système d’Alerte Précoce " En vue d’élaborer un SAP (Système d'Alerte Précoce), quatre éléments principaux doivent être réunis : 1. Connaissance du risque:…
  • Lutte contre les inégalités "Nous nous battons pour un monde plus juste où vivre dans la dignité et avoir des perspectives d'avenir n’est pas…
  • Diffusion des prévisions météorologiques saisonnières 2020B au Burundi Le Fopabu Ijwi Ry'abarimyi contribue actuellement aux mécanismes d’adaptation au changement climatique dans le secteur agricole en diffusant les prévisions saisonnières auprès…
  • Menace des criquet pèlerins (Schistocerca gregaria) "Le criquet pèlerin (Schistocerca gregaria) est le ravageur migrateur le plus destructeur au monde. En réponse à des stimuli environnementaux,…